Appel à participation des ministres de la santé et des finances des Pays francophones à la conférence africaine de haut niveau sur la vaccination – 24-25 Février à Addis-Abeba (Éthiopie)

Les 24 et 25 février prochains, les ministres de la Santé et les Ministres des Finances de l’Afrique vont se réunir à Addis-Ababa, sous l’égide du Bureau Régional de l’OMS,  à l’occasion de la 1èreConférence  Ministérielle sur la Vaccination en Afrique.

L’objectif de cette réunion de haut niveau est de discuter  des moyens à mettre en place afin  d’assurer à tous les habitants du continent un accès équitable à des vaccins capables de sauver des vies.

Cette  conférence réunira plus de 500 dirigeants politiques, experts techniques et autres participants originaires d’Afrique et du monde entier, au moment même où trois  ( 3 ) millions de personnes meurent encore dans le monde de maladies évitables par la vaccination.

Pendant ce temps, la plupart  des Pays francophones d’Afrique  réservent au mieux 5% de leurs budgets  nationaux à la santé, les plaçant ainsi dans une posture de non  –  respect des  engagements pris à Abuja en 2001, d’allouer au moins 15% du budget des  États à la santé. Ces  pays  sont pourtant  confrontés à des défis majeurs  dans le domaine de la santé maternelle et infantile avec, des couvertures vaccinales disparates au sein des pays.Ainsi, l’Union Africaine  a indiqué que les dépenses publiques de santé en Afrique subsaharienne s’élevaient actuellement à 25 – 27 dollars par habitant en moyenne, mais 32 des 53 États membres de l’Union  investissent moins de 20 dollars par habitant.

  • Considérant le rôle indispensable des États,pour la pérennisation de systèmes de vaccination solides et efficaces ;
  • Considérant  que 5%  du budget national d’un État alloué à la  santé ne constitue que le 1/3 des engagements d’Abuja ;
  • Considérant  l’augmentation rapide de la population dans nos pays  et les besoins de  santé de plus en plus croissants ;
  • Considérant les ressources mondiales disponibles pour la santé de plus en plus faibles, menant au retrait prochain de la plupart des bailleurs des grands programmes verticaux
  • Considérant l’engagement universel pour les nouveaux objectifs de développement (ODD)

La société civile issue de  17 pays d’Afrique Francophone réunie au sein de l’OAFRESS appelle  les états,  représentés par leurs  ministres de la santé et leurs ministres des  finances à :

  • Participer personnellement à cette réunion de haut niveau
  • à préparer un nouveau plan pour atteindre  dans les prochaines années  les objectifs d’Abuja, soit 15% du budget alloués à la santé. Ceci en se basant sur le fait qu’il est aujourd’hui démontré que l’investissement dans  la santé procure des bénéfices de santé individuelle et collective et des bénéfices économiques.
  • Un ré engagement à mettre en place  les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs de développement en rapport avec la santé
  • Respecter les échéances de payement des contreparties pour l’achat des vaccins
  • mettre en place les stratégies appropriées dans le but d’atteindre l’indépendance vaccinale pour chaque pays

La société civile s’engage à :

  • Contribuer aux cotés des ministères de la santé, à la mise en œuvre des  programmes de santé publique, particulièrement de la vaccination, avec comme cible principale les enfants les plus difficiles à atteindre
  • Promouvoir la santé pour tous comme droit humain, en collaborant  à l’élaboration de politiques de santé, au  contrôle des résultats et de leur application au niveau local, national et international.
  • Veiller au respect des engagements qui seront pris par les états à l’issue de la conférence africaine de haut niveau sur la vaccination (Février 2016) à AddisAbeba;
  • Promouvoir le Contrôle citoyen sur l’Action Publique (CCAP) en matière de santé et de vaccination ;

 

Ont signé:

ROBS (Bénin)                                                  POSVIT (Tchad)

SPONG (Burkina-Faso)                                      Médecins d’Afrique (CONGO)

PROVARESSC (Cameroun)                               ASSOMESCA (Centrafrique),),

FENOSCI (Côte d’Ivoire)                                               SANRU (RDC),

Collectif des Eglises Evangéliques (Gabon) POSSAV(Guinée)

COMARESS/ASOS (Madagascar)                        FENASCOM (Mali)

VACNET (Mauritanie)                                       ROASSEN (Niger) RESSIP/CONGAD/ACDEV (Sénégal), UONGTO (Togo)                                               Caritas Comores (Comores)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *