Actualité

DSCN5875-768x576

Le Burkina Faso adhère au mécanisme mondial de financement (GFF) de la santé

Le Burkina Faso a adhéré au mécanisme mondial de financement (GFF) de la santé. Il a été annoncé un processus d’élaboration et de mise en œuvre du dossier d’investissement  pour la santé maternelle néonatale, infantile, des adolescents et la nutrition (SRMNEA-N), par le ministère de la santé et ses partenaires d’ici fin juillet 2018. Une cérémonie de lancement officiel de cette adhésion a eu lieu ce jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou. (suite…)

PR NICOLAS MEDA, MINISTRE DE LA SANTE

PR NICOLAS MEDA, MINISTRE DE LA SANTE A PROPOS DE LA GRATUITE DES SOINS : « Les gens ont inventé de nouvelles formes de rackets, de ventes parallèles et de retraits des produits »

Pr Nicolas Méda, ministre de la Santé, est  notre invité de la semaine de votre rubrique. Nous abordons avec lui plusieurs sujets liés à la question de santé au Burkina Faso. Jugez-en vous-mêmes,  le ministre répond sans détour à nos questions. Lisez plutôt ! (suite…)

Burkina : Les OSC pour le financement domestique et durable de la vaccination

Burkina : Des OSC pour le financement domestique et durable de la vaccination

Mobiliser les ressources locales en faveur du financement de la vaccination des enfants au Burkina Faso, tel est le sacerdoce de la Plateforme Nationale des ONG et Associations de Soutien à la Vaccination (PN/OSV). Elle a rencontré de ce fait, des organisations publiques et privées  ce mardi 9 janvier 2018 à Ouagadougou pour plaider la cause.

Mobiliser les ressources locales en faveur du financement de la vaccination des enfants au Burkina Faso

Mobiliser les ressources locales en faveur du financement de la vaccination des enfants au Burkina Faso

(suite…)

Conseil de cabinet interministériel sur l'assurance maladie universelle au Burkina Faso

MISE EN ŒUVRE DE L’ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE Février 2018, date butoir

Conseil de cabinet interministériel sur l'assurance maladie universelle au Burkina Faso

Conseil de cabinet interministériel sur l’assurance maladie universelle au Burkina Faso

Afin de permettre l’opérationnalisation de l’assurance maladie universelle au Burkina Faso, un conseil de cabinet interministériel a eu lieu entre le Premier ministre et les ministres en charge dudit dossier, le 25 septembre dernier au Premier ministère, à Ouagadougou. Cette rencontre devra permettre la mise en œuvre effective de l’assurance maladie universelle d’ici à février 2018. (suite…)

Les acteurs de la plateforme nationale des ONG/Associations de soutien à la vaccination évaluent l’état d’avancement de leurs activités

Accès à la vaccination : La PN/OSV-BF tient son forum des acteurs

Les acteurs de la plateforme nationale des ONG/Associations de soutien à la vaccination évaluent l’état d’avancement de leurs activités

Les acteurs de la plateforme nationale des ONG/Associations de soutien à la vaccination évaluent l’état d’avancement de leurs activités

Les acteurs de la plateforme nationale des ONG/Associations de soutien à la vaccination évaluent l’état d’avancement de leurs activités. Ils étaient réunis à cet effet le jeudi 31 août 2017 à Ouagadougou, à l’occasion de leur premier forum. Il s’agit pour eux de faire des propositions pour l’amélioration de la mise en œuvre des activités.

Contribuer à l’amélioration de la mise en œuvre des activités de la plateforme nationale des ONG/Associations de soutien à la vaccination (PN/OSV-BF). C’est ce qui a réuni les acteurs qui la compose le jeudi 31 août 2017 à Ouagadougou, autour de leur forum. Instance de validation et de gestion de la plateforme, le forum des acteurs est une activité qui se tient trimestriellement.

Premier du genre, le présent forum a été mis à profit par la trentaine de participants pour analyser le niveau de mise en œuvre des activités de la PN/OSV-BF. Par ailleurs, le groupe consultatif a saisi cette occasion pour approuver le planning des activités de la PN/OSV-BF et valider les recommandations de l’atelier de réflexion sur le financement interne de la vaccination au Burkina Faso. De même, la journée de réflexion a-t-elle permis de recueillir des propositions devant servir à améliorer sa mise en œuvre.

Poursuivre le plaidoyer en faveur de la vaccination

plaidoyer en faveur de la vaccination au Burkina

plaidoyer en faveur de la vaccination au Burkina

La PN/OSV-BF a été mise sur pied par le Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG), grâce à l’accompagnement technique et financier de GAVI CSO et CRS (Catholic Relief Service). Elle a pour mission de participer à l’amélioration des indicateurs de vaccination. Pour ce faire, elle travaille de concert avec le ministère de la santé, à renforcer les capacités des acteurs communautaires dans le renforcement des connaissances des populations sur les bienfaits de la vaccination. L’organisation des concertations entre les acteurs de la plateforme participe ainsi à l’atteinte de ce résultat. C’est donc une PN/OSV-BF revitalisé qui sort des travaux de ce forum.

Nouroudine Lenoble LOUGUE

-

DEVEX : Les taux de vaccination sont élevés, mais ils ne sont pas assez hauts

-

Les anciens soldats spartiates avaient compris l’importante de relier leurs boucliers ensemble pour former un immense bouclier protecteur. Imaginez à quel point ces soldats seraient vulnérables si l’un d’entre eux n’avait pas de bouclier. Imaginez le trou béant dans la formation par lequel les flèches et les lances auraient pu passer et compromettre la protection de tous les soldats. Comme les boucliers des spartiates, les vaccins protègent chacun d’entre nous des assauts des virus et bactéries. Et comme ces formations militaires les vaccins fonctionnent mieux quand tout le monde a une protection et ainsi on se protège mutuellement.

Chaque année l’organisation mondiale de la santé émet un rapport mis à jour sur la résistance de nos protections contre des maladies infectieuses sélectionnées dans chaque pays. Quand ce rapport annuel sur l’estimation de la protection globale de la vaccination est publié par l’OMS.-En tant que deux professionnels ayant passé notre carrière à travailler pour la protection des personnes contre les maladies évitables, nous voyons ce rapport comme une ligne de conduite pour notre travail.

Voici ce que nous concluons du rapport de cette année : en général un niveau élevé mais en stagnation, avec quelques endroits où il y a un grand nombre de personnes non protégées comme il le faudrait. Il y a aussi des points alarmants en ce qui concerne la protection dans certains endroits improbables. L’une des découvertes les plus importantes dans ce rapport est que 1 enfant sur 10 au niveau mondial n’a accès à aucun de nos vaccins. Ils sont tout simplement hors de portée de notre système de protection. Et aussi 86% des enfants du monde sont maintenant complètement protégés avec la dose annuelle de DTC (diphtérie, tétanos, Coqueluche) une mesure standard de la force du programme de vaccination par pays qui est plus élevé que n’importe quel autre programme général de santé.

La couverture a stagné pendant les sept dernières années. Sur un examen dans une école scientifique un score de 86% peut être considéré comme excellent. Sur le terrain de la santé globale et la sécurité 86% de protection n’est pas assez bon. Tout pourcentage en dessous de 100% de taux de protection signifie que des personnes sont exposées à un risque mortel, handicapant et de souffrance.

Sans surprise, beaucoup des pays avec un niveau bas de protection vaccinale sont les pays les plus pauvres et beaucoup sont aussi en conflits, mais le défi des bas niveaux de protection n’est pas isolé dans les pays développés comme certains pourraient le penser, et la conséquence traverse souvent les frontières. Prenez l’exemple de la rougeole l’une des maladies infectieuses les plus facilement transmissibles à travers le monde. Aussi un vaccin hautement efficace et sur a été développé il y a plus de 50 ans et à travers le monde la mortalité due à a la rougeole a été réduite à plus de 80% – la rougeole a réapparu aux états unis et en Europe et les décès d’enfants liés à cette maladie ont montré comment les maladies dont on peut se protéger par un vaccin peuvent facilement ressurgir quand les enfants ne sont pas vaccinés. L’Italie par exemple a confirmé plus de 3300 cas et la Roumanie a constaté 31 décès.

C’est simple de voir que le taux de la vaccination contre la rougeole avec les immigrants Somaliens dans le Minnesota en 2014 était de 42% un taux beaucoup plus bas qu’en Somalie pendant la période ou elle était déchirée par la guerre (46%)

Les conflits et les états faibles se montrent aussi comme les causes principales de ces situations. Ce n’est pas surprenant mais les données prouvent que la majorité (75%) des enfants non vaccinés avec les vaccins de base sont concentrés dans les zones de conflits ou les gouvernements sont faibles ou la pauvreté extrême et les systèmes de santé défectueux contribuent à la stagnation et éventuellement au déclin.

La stagnation et éventuellement la régression dans certains pays sont clairement visibles et apparaissent plus cette année avec les données moyennes. Pour la première fois à un niveau global l’OMS a reçu des données de couverture au niveau mondial de 125 pays sur 194- avec 89 pays dans lesquels les données reçues sont encore plus basses que dans certaines zones et les niveaux de couverture vaccinale sont combiné pour une population de 88 millions.

Ce changement représente un grand bond en avant sur une courte période. Et les pays comme le Nigeria méritent nos éloges pour avoir l’estimation de la couverture vaccinale la plus acceptable. Comme résultat le gouvernement Nigérian malgré ses gros défis de sécurité et d’administration est mieux placé pour réduire le fossé en ce qui concerne la couverture vaccinale et répondre de façon appropriée. Le leadership courageux du Nigeria montre à quel point la volonté de vouloir vacciner chaque enfant commence avec des données moyennes. Nous encourageons les autres pays à prendre exemple sur le Nigeria en ce qui concerne la prise en compte des données et leur utilisation pour augmenter la protection de leur communauté.

Le monde a fait des changements considérables ces dernières années et nous nous rapprochons de l’objectif qui est de vacciner tous les enfants, la vaccination des enfants représente aussi le meilleur investissement, car pour chaque 1 dollar investi, la vaccination rapporte un bénéfice économique et social de 44 dollars.

La vaccination est un composant essentiel des défenses qui nous protège des dangers causés par les maladies aussi bien dans nos pays qu’à l’extérieur.

Le rapport de cette année nous rappelle encore que nous ne pouvons pas laisser la réussite mener à la complaisance et à la stagnation. Nous devons continuer à investir dans la vaccination et renforcer le système de protection de nos communautés. Nous devons également nous engager à rapporter les chiffres les plus précis possible même si il s’agit d’un challenge politique et que les données ne sont pas parfois exactes. Bien que ces chiffres puissent révéler une faible couverture à court terme, cette information est essentielle pour cibler nos efforts et augmenter la couverture vaccinale, et comme un bouclier collectif spartiate assurer qu’aucun enfant partout dans le monde ne souffrira d’une maladie évitable par la vaccination.

Par Orin Levine, Mike Osterholm

photo3

VACCINATION AU BURKINA FASO : le SPONG et ses partenaires réfléchissent à un financement innovant interne

Les membres de la plateforme nationale des ONG et associations de soutien à la vaccination (PNOSV-BF) se sont réunis en atelier à Ouagadougou, du 26 au 28 juillet 2017, autour de la problématique du financement de la vaccination. Pendant trois jours, la quarantaine de participants ont discuté des voies et moyens pour contribuer à l’accroissement des ressources internes en faveur de la vaccination au Burkina Faso. (suite…)

Les participants à la rencontre

Vaccination au Burkina: Des OSC à la recherche de financement interne

-

Trouver des sources de financement internes pour les vaccinations, c’est la problématique que se posent des acteurs pour la vaccination.  Une quarantaine de membres de la plateforme nationale des ONG et associations de soutien à la vaccination du Burkina Faso réfléchissent sur la question. Venus de plusieurs régions du pays, ils se sont  réunis à Ouagadougou en atelier du 26 au 28 juillet 2017. (suite…)

Vaccination de routine: La promotion par l’information, l’éducation et la communication

C’est devant des autorités régionales et communales que le top de départ a été donné

C’est devant des autorités régionales et communales que le top de départ a été donné

La plateforme nationale de ONG et associations de soutien à la vaccination au Burkina Faso ( PN/ OSV-BF) a procédé au lancement de sa campagne d’information, d’éducation et de communication sur la vaccination de routine dans les formations sanitaires du Centre -sud, du Centre-nord, du Centre-est, des Hauts-bassins et du Centre, le 02 juin 2017, à quelques encablures de Manga, à 80 Km de la ville de Ouagadougou au Burkina Faso. Cet acte marque le démarrage des activités de sensibilisation à l’endroit des populations de ces localités dont la caractéristique commune est d’avoir une faible couverture vaccinale.
(suite…)

-

Partenariat public-privé au profit de la vaccination : OAFRESS participe à la 4ème édition  »Dîner de gala (Afrivac)

-

Dans le cadre de la promotion du partenariat public-privé, l’OAFRESS participe à la 4ème édition du dîner de gala au profit de la vaccination. Initiée de la fondation AFRIVAC la cérémonie officielle est présidée par le Premier ministre du Sénégal M. Mahammed Boun Abdallah DIONNE et la Ministre de la Santé et de l’Action Sociale Mme Awa Marie Coll Seck. (suite…)